L’une des structures majeures de ce gisement est le fossé d’enceinte. Il appartient à la transition entre le Néolithique final et le Bronze ancien. Cet enclos, de 2,50 m de profondeur conservée, présente un contour polylobé qui délimite un espace d’environ 3000 m2. Le mobilier est très pauvre au sein du comblement. Seules les datations par AMS ont permis de caler en chronologie l’enceinte. Plusieurs structures en creux contemporaines au fossé nous éclairent sur la nature de l’occupation encadrée par l’enclos. En effet, une dizaine de fosse sont concentrées dans la partie sud de l’occupation. Certaines ont servi de dépotoirs. En plus d’un mobilier céramique important, les fosses ont livré de la faune, du lithique et de très nombreux éléments d’architectures (torchis et brique d’argile crue). Ces vestiges témoignent que l’enceinte circonscrit une occupation de type habitat. En bordure nord-ouest de l’enclos se développe un important creusement qui correspond à une zone d’extraction de terre du Bronze final IIb / IIIa. La seconde zone d’extraction de la même époque a été dégagée à environ 70 m au sud de l’emprise de fouille. Les comblements, dans les deux cas, se composent essentiellement de colluvionnement et de rejets anthropiques. Autour de ces deux zones d’extraction et dans toute la partie occidentale de l’emprise plusieurs structures ont été découvertes. Il s’agit principalement de silos fortement tronqués par l’érosion. Enfin le Bronze final IIb / IIIa est marqué par plusieurs fosses et silos dont certains qui ont été réemployés en sépulture. Sur les cinq inhumations découvertes, trois étaient très érodés, limitant l’étude et les interprétations. L’une des deux autres correspond à un silo où trois individus ont été inhumés à mi-hauteur du comblement de la structure. Ainsi la fouille met en avant les vestiges d’une occupation du Bronze final IIb et IIIa dédiée à l’extraction d’argile et l’habitat (présence de torchis dans certaines fosses ou silos). De telles données pour cette époque restent relativement rares dans la région. Enfin, le sud-est et l’est de l’emprise ont livré plusieurs vestiges (essentiellement des fosses) qui appartiennent au Vème siècle avant notre ère soit à la fin du premier âge du Fer. Les apports de cette fouille sont nombreux et révèlent, à l’image des résultats du diagnostic, une occupation diachronique qui s’échelonne depuis la fin du Néolithique jusqu’à la fin du premier âge du Fer.

Responsable d’opération : M.Laroche