L’opération conduite aux abords sud de l’église Saint-Étienne de Mélas sur la commune du Teil (Ardèche) a livré une longue séquence d’occupation. Cette fouille renouvelle singulièrement nos connaissances sur ce site.

Une première phase, à rattacher au tout début de l’époque romaine, est marquée par un nivellement volontaire de l’espace (remblais) et la présence de deux fosses indéterminées.

La phase 2 correspond à la mise en place d’un premier bâtiment, a priori de plan rectangulaire. Deux pièces ont été identifiées. Peu d’informations permettent de cerner la fonction de ce bâtiment, sans doute mis en place autour des Ier/IIème siècle de notre ère.

Lors de la phase 3, le bâtiment est transformé et aggrandi. Il se compose de quatre pièces en enfilade. Deux pièces ont livré les restes d’un système de chauffage par hypocauste ainsi que des sols en béton de tuileau sur lesquels reposent les pilettes. Ce bâtiment a été interprété comme un balnéaire avec probablement d’ouest en est : le frigidarium, le tepidarium, le caldarium et le praefurnium. L’utilisation de cet espace thermal pourrait se situer entre le milieu du IIème siècle et le milieu du Vème siècle, avec un abandon au plus tard autour des Vème/VIème siècles.

Peu de temps après l’abandon des thermes, l’espace est dévolu à une fonction funéraire. Deux inhumations nord/sud ont été identifiées. Une première, un jeune individu inhumé de 11/12 ans, est un coffrage mixte de bois et de tuiles. La seconde concerne un adulte inhumé dans une tombe en bâtière de tuiles. Elles sont toutes les deux situées dans l’espace de l’ancien praefurnium. Une datation radiocarbone a permis de dater ces sépultures entre le début du VIème siècle et le début du VIIème siècle.

Lors de la phase 5, la zone est toujours vouée à une fonction funéraire. Une dizaine de sépultures est/ouest ont été mises au jour. Les plus anciennes datent probablement du début du IXème siècle. Les plus récentes sont à rattacher au début du XIIIème siècle.

Par la suite, les aménagements modernes sont venus bouleverser les vestiges : construction du bas-côté sud de l’église, percement de la route, canalisation et mise en place d’un jardin.­­

Responsable d’opération : A. Masbernat-Buffat