Cette opération nous a permis de distinguer plusieurs ensembles en relation avec la structuration topographique du secteur de « La Plaine » durant l’époque romaine. Un espace lié à une activité artisanale, ainsi que deux domii séparées par un decumanus ont fait l’objet d’une étude détaillée. D’autre part des vestiges de ce qui pourrait être un cardo secondaire et deux structures de berge ont été observés à la limite sud de l’emprise à quelques mètres au nord du ruisseau du Palais. Au nord, la fouille a permis de caractériser un premier ensemble de cellules où ont été observés des foyers de travail. Ces structures semblent constituer un espace artisanal, mis en place dans le troisième quart du Ier siècle apr. J.C., où plusieurs activités se seraient développées notamment la métallurgie. Un second bâtiment séparé de l’espace artisanal par un ambitus a été dégagé plus au sud. Cet ensemble, identifié comme une maison urbaine, se compose de plusieurs pièces d’habitation. Une des salles présentent un sol en tuileau et des traces de pilettes d’hypocauste ainsi qu’un praefurnium. La fondation de cette domus est datée entre le mi­lieu du Ier siècle apr. J.-C. et le milieu du IIème siècle apr. J.-C. Au sud du mur de façade fermant le corps de bâtiment de cette première maison urbaine, un decumanus a été mis au jour. Sa construction est située au premier quart du Ier siècle apr. J.-C. Une seconde domus s’étend au sud du decumanus. Les remblais de construction indiquent une datation de la première moitié du IIème siècle apr. J.-C. Dans cette dernière domus, on note également la mise au jour d’une pièce avec un sol à terrazzo très bien conservé. La datation du contexte céramique des niveaux de comblement de cette pièce situe son abandon à la fin du IVème siècle apr. J.C. À l’extrémité méridionale du site sous le chemin de la Téoule, un cardo secondaire a été repéré. Il semble que cette voie soit installée sur le même tracé que le chemin de la Téoule. D’autre part, en contrebas du site, où se situe le ruisseau du Palais, deux structures de berge ont également été identifiées : une du Haut-Empire et la seconde plus au sud du Bas-Empire ou du Haut Moyen Âge. Cette opération a permis d’éclairer notre connaissance sur ce secteur de la ville romaine. Plusieurs ensembles de diverses fonctions voiries, habitats et artisanats ont pu être étudiés et évalués à la fois par leurs degré de structuration et leur richesse architecturale. Ces données d’une importance capitale s’inscrivent dans la trame urbaine du début Ier siècle apr. J.-C. à la fin du IVème siècle apr. J.-C. de l’agglomération antique d’Alba-la-Romaine.

Responsable d’opération : Y.Zaaraoui

ZAARAOUI (Y.), KIELB (M.), BUFFAT (L.), MASBERNAT-BUFFAT (A.), SAVE (S.) – Un quartier de l’agglomération romaine d’Alba à proximité du ruisseau du Palais. Rapport Final d’Opération, Mosaïques Archéologie, Cournonterral, janvier 2013, 2 volumes, 189 p. et 188 p.